Téléphone

04.26.31.87.98.

E-mail

iserl@univ-lyon2.fr
  • Les Ressources

    Bibliographies, notes de lectures & exercices dédiés aux étudiants.

Azyurmardi Azra
State Islamic University, Jakarta, Indonesia

Mercredi 16 novembre - 14 heures, salle H 202 - Campus Porte des Alpes

Islamic Studies Paradigms: Indonesian, Western, and Middle Eastern Compared

Abstract: "The presentation deals with the Islamic studies, particularly at tertiary level. It is argued that some distinction of Indonesia Islamic studies is different from the ones developed in Western countries and the Middle. The distinctions of Indonesian Islamic studies, it will be suggested, have a lot to do with the distinctive nature of Indonesian Islam as well as with the understanding and practice of Wasatiyah Islam among Indonesian Muslims. For that purpose, the presentation will give an outline of development and dynamics of Indonesian Islamic Higher Education from the beginning to the present time".

Débat animé par :
Christine Chojnacki, Professeur de langues et cultures indiennes, Faculté des langues, Université de Lyon 3
Marina Rougeon, Post-doctorante en anthropologie, LabEx COMOD – ENS, Institut Supérieur d’Etude des Religions et de la Laïcité

LOGO UNIV LYON2   LOGO UNIV LYON3   LOGO ISERL MINI   LOGO EVS UDL

Pièce(s) jointe(s):
FichierTaille du fichierDernière modification
Télécharger ce fichier (Conference-Azyurmardi-Azra-16-11-2016.docx)Conférence Azyurmardi Azra - 16 nov. 2016759 Ko08-11-2016

Histoire, Monde et Cultures religieuses, n° 38, juin 2016

HMC 38 COUVERTURE

Volume sorti en septembre 2016.

Né d’une recherche collective, ce dossier se propose d’explorer les débats qui ont marqué l’époque moderne autour de la notion de superstitions et ce qui relève de l’excès en matière de croyance. Comment déterminer le moment à partir duquel on peut parler d’un « trop croire » ?

Plutôt que d’explorer le moment où certaines (in)croyances ou affirmations sont devenues possibles, les auteurs cherchent ici à comprendre quand et pourquoi des énoncés ont fini, entre la fin de la période médiévale et le triomphe des Lumières, par devenir inacceptables.

Si ce qui est crédible relève d’un accord sans cesse remis en question, quels acteurs, quels processus sont à l’œuvre ? Est-il possible d’identifier les discours qui ont fait évoluer les limites admises, au-delà desquelles commence ce qui est considéré comme un excès en terme de croyance ? Des ruptures ou accélérations, des différences géographiques sont-elles observables ? Quelles pratiques sont mobilisées pour diffuser et faire accepter tacitement au plus grand nombre les limites de ce qui peut être cru ?

En somme le dossier pose la question plus générale des rapports de l’homme à la croyance et à la religion, et de la place de la raison. Il nous propose des interprétations inspirées par le croisement d’approches historiques et anthropologiques.

Voir le site des Éditions KARTHALA

Histoire, Monde et Cultures religieuses, n° 37, mars 2016

HMC 37 COUVERTURE

Volume sorti en juin 2016.

La diffusion des religions ne se traduit pas seulement par l’adhésion des individus à de nouvelles croyances et la formation de communauté de fidèles. Le cas des missions chrétiennes montre comment les religions s’efforcent de déchiffrer l’espace pour le quadriller, le façonnent en fonction de leurs objectifs, le représentent, en somme contribuent à le transformer et à le produire.

L’ambition du dossier est de mettre en évidence ce travail sur l’espace, souvent méconnu ou sous-estimé, par le croisement d’approches historiques et géographiques qui en dégagent les principes, les méthodes et les objectifs. Après avoir rappelé que la sacralisation de l’espace constitue une permanence dans le christianisme, il s’intéresse à la mission comme entreprise religieuse qui inspire des entreprises séculières à travers l’exemple d’une mission commerciale en Chine au xixe siècle. Il montre comment cette action missionnaire, très visible dans certains pays (Afrique subsaharienne), peut prendre des formes inattendues dans des villes occidentales. Il analyse enfin les représentations de l’espace par la carte, la photo ou la BD.

Voir le site des Éditions KARTHALA

Histoire, Monde et Cultures religieuses, n° 36, décembre 2015

HMC 36 COUVERTURE

Volume sorti en mars 2016.

On estime à près de 258 millions le nombre de musulmans vivant dans les pays francophones. S’ils reflètent la diversité et le dynamisme des communautés, ils partagent aussi une même langue, le français, qu’ils emploient dans l’expression de leur religiosité. La langue française sert au langage quotidien des fidèles, à la prise en charge des messages religieux, à leur questionnement comme à la formulation et la diffusion des discours publics d’acteurs organisés (conseils de cultes en Europe, communautés confrériques dans la diaspora, mouvements réformistes en Afrique etc.).

Le français occupe donc une place importante dans les débats intellectuels, les reformulations du religieux et les négociations au cœur du champ islamique contemporain. Il est devenu le support de messages divers dans un espace linguistique traversé par des histoires communes, parfois conflictuelles. Langue de communication mais aussi outil de transmission, d’appropriation de concepts et de professions de foi, il se trouve au centre d’un vaste champ d’interactions.

À travers une approche pluridisciplinaire et comparative, ce dossier cherche à mesurer et analyser les incidences des différents rapports à la langue française sur les religiosités musulmanes.

Voir le site des Éditions KARTHALA

Bandes dessinées et Religions
Des cases et des dieux

Sous la direction de Philippe Delisle

Éditions Karthala, Collection Esprit BD

La BD a souvent mis en scène des croyances ou pratiques religieuses. Certains auteurs se contentent de faire écho à la culture ambiante. Mais d’autres nourrissent une réflexion sur la foi ou sur l’histoire des structures confessionnelles. D’autres enfin font oeuvre prosélyte, cherchent à convaincre par le biais des cases et des bulles. De tels liens suscitent de multiples interrogations. Quelles limites peuvent imposer aux dessinateurs et aux scénaristes les canons d’un culte ou un clergé ? Quelles solutions adoptent les auteurs pour faire entrer le spirituel dans la logique des strips et des planches ? Comment une « nouvelle BD », plus adulte et plus irrévérencieuse, renouvelle-t-elle le traitement des sujets religieux ?

Cet ouvrage entend aborder de telles questions de la manière la plus large possible. On y évoquera en effet l’école franco-belge, mais aussi les comics, les mangas, et des productions moins connues, comme les BD arabes et turques, israéliennes, africaines. De même, diverses religions seront prises en compte : le christianisme, l’islam, le judaïsme, le bouddhisme, mais aussi un prophétisme africain comme le kimbanguisme.

Pj. Delisle - BD & Religions
 

Philippe Delisle est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin de Lyon. Il a fondé et dirige la collection « Esprit BD », au sein de laquelle il a déjà publié plusieurs volumes sur la BD franco-belge.

 

Histoire, Monde et Cultures religieuses, n° 35, octobre 2015

HMC 35 COUVERTURE

Volume sorti en janvier 2016.

L’argumentation constitue une arme de pouvoir, suivant un héritage de l’Antiquité classique, et suppose, pour bien en user, une maîtrise de l’art oratoire ou de celui de l’écriture. Hommes d’Églises – catholicisme et protestantisme sont concernés par ce dossier – ou hommes du champ politique et juridique sont ceux qui, par la maîtrise de la rhétorique et par une éloquence contrôlée, usent le plus fréquemment du pouvoir des mots. Ils mobilisent des arguments d’autorité, de valeur, ad hominem ou généraux, des exemples illustratifs ou démonstratifs pour étayer leur discours et vaincre leurs interlocuteurs.

Les enquêtes présentées interrogent les techniques et procédés en matière d’argumentation à l’époque moderne. Elles tentent d’en relever les principes et les évolutions, les réussites ou les échecs, à travers des études de cas. Elles permettent de réfléchir à la circulation des modèles entre histoires politique, religieuse ou culturelle, et montrent la porosité des frontières entre discours sacrés et profanes.

Voir le site des Éditions KARTHALA

Sous-catégories

L’ISERL, grâce à sa structure qui fédère des équipes de disciplines variées, propose des cours, des travaux de recherche, des publications, toutes choses que l’on retrouve sur ce site. Ses interventions sont elles-mêmes variées, comme on le verra ci-dessous, entre organisation de journées d’étude autour d’un thème et soirée-débat ou colloque.

Mais au-delà, l’Institut propose aussi l’appui d’un ou plusieurs intervenants pour toute structure qui ressentirait le besoin d’avoir une approche éclairée sur le fait religieux dans ses dimensions les plus variées. C’est ce qui a été déjà fait auprès de MJC, d’aumôniers d’hôpital en formation, de collectivités locales, ou aux côtés de l’Université Tous Âges, entre autres.

ISERL DOSSIERS ILL bobines2020

L'idée des Bobines du sacré est née du constat qu'en France, il n'existait pas de festival traitant des religions au cinéma.

Organisé par l'Institut Supérieur des Etudes Religieuses et de la Laïcité (ISERL), ce festival se penche sur le rapport entretenu par le septième art et les religions.

Ouvertes au public et aux scolaires, les projections et les conférences sont suivies de débats, dans une volonté de nourrir les réflexions autour des thèmes évoqués.

 

Voir la programmation de l'édition 2020