Téléphone

04.26.31.87.98.

E-mail

iserl@univ-lyon2.fr
  • Les Ressources

    Bibliographies, notes de lectures & exercices dédiés aux étudiants.
Éditeur: Cerf
Pages: 448
Lieu: Paris
Année: 2014

Notes de lecture

Écrit par Paul Dabadie

Après vingt ans de combat, c’est seulement en 2002 que les Maoris ont enfin pu rendre à leur terre la dépouille de Jean-Baptiste Pompallier, premier vicaire apostolique d’Océanie occidentale en Nouvelle-Zélande de 1838 à 1868. À peu près oublié en France, cet évêque missionnaire est aussi connu sur ces terres lointaines que Lafayette l’est aux États-Unis. C’est lui, de fait, qui domina largement la scène religieuse et politique de la Nouvelle-Zélande au cours de ses trente années de présence.


L’auteur a pris le parti d’étudier l’implantation d’une Eglise chrétienne à travers un vicaire apostolique et sous l’angle géopolitique. Si la géopolitique n’est pas considérée comme une science, elle constitue une approche globalisante pour tenter de comprendre l’impact historique de l’irruption du christianisme dans l’univers culturel des Maoris. Il commence par analyser la complexité des rapports de Pompallier avec les différents acteurs présents comme les Eglises protestantes, la présence coloniale et son propre clergé missionnaire. Il a montré sa capacité à s’adapter aux circonstances, tout en gardant sa ligne « politique » et doctrinale en dépit d’une situation politique compliquée. Ensuite, il aborde la géostratégie de l’évangélisation : gérer l’espace, développer le territoire de la mission et obtenir des soutiens financiers et matériels. Toute son action sur le terrain révèle une vision « géostratégique » en matière d’implantation spatiale de son vicariat puis de l’évêché. Enfin il montre comment il a pensé et théorisé sa stratégie évangélisatrice en s’appuyant sur la mentalité et la culture maorie en recommandant l’insertion paulinienne et en mettant en pratique une forme originale d’inculturation.

Les sources archivistiques mobilisées sont impressionnantes : Archives catholiques du diocèse d’Auckland (Nouvelle-Zélande) ; Archives de la congrégation de la Propaganda Fide (Rome) ; Archives de la congrégation de Saint-Viateur (Vourles, France) ; Archives départementales du Rhône ; Archives des Frères maristes (Saint-Chamond, France) ; Archives des Pères maristes (Rome) ; Archives des sœurs de la Mercy à Auckland ; Œuvres pontificales missionnaires (Lyon - France).

À partir de là, l’historien et chercheur Yannick Essertel a restitué une figure complexe du renouveau missionnaire du xixe siècle. Ce travail est le fruit, selon Philippe Boutry, d’« une enquête rigoureusement informée, ouverte à la géopolitique, à l’histoire et à l’anthropologie, autour de la trajectoire d’un homme dont la démarche, les succès et les échecs éclairent à nouveaux frais l’histoire de la diffusion du christianisme à l’âge de la première mondialisation, de la rencontre des cultures et de la construction des identités religieuses dans le monde colonial ».