Téléphone

04.26.31.87.98.

E-mail

iserl@univ-lyon2.fr
  • Les Ressources

    Bibliographies, notes de lectures & exercices dédiés aux étudiants.
HMC n° 42 :  La politisation des clercs, XIXe-XXe siècles

Volume sorti en février 2018.

Prêtres, imams, rabbins, pasteurs, bonzes ou religieuses, il ne manque pas de « clercs » qui ont franchi le pas de l’engagement politique. Quel que soit le continent, que ce soit du côté du conservatisme ou du progressisme, on peut en retrouver dans la plupart des grandes luttes sociales et politiques des xixe et xxe siècles.

Pourtant ces engagements sont rarement étudiés d’une manière comparative. C’est pourquoi l’Association française d’histoire religieuse contemporaine a décidé de consacrer une de ses journées d’étude à cette question. Travailler sur l’entrée en politique des clercs, autrement dit sur leur politisation, c’est ainsi prêter attention à un aspect de cet effort permanent pour définir les relations entre religion et politique.

Les clercs, parce qu’ils ont une autorité religieuse, contribuent à recomposer ces relations et à déplacer ces délimitations lorsqu’ils s’engagent. La manière dont ils investissent leur rôle est en effet inséparable de la manière dont ils articulent leur foi et leur rapport au monde. Au fil des contributions la politisation des clercs se révèle une porte d’entrée remarquable pour observer l’évolution des rapports de force politique, social et religieux au sein des institutions et des sociétés.

Voir le site des Éditions KARTHALA

TAGS:

COLLOQUE INTERNATIONAL RELIGION, VILLE ET ETAT. ENTRE LES DIVINITÉS DES UNS ET LES DÉMONS DES AUTRES LYON, LES 7 ET 8 NOVEMBRE 2017

Après une première étape préparatoire sous la forme de deux journées d’études en mai dernier, ce colloque international vise à réunir des chercheurs venant de l’anthropologie, de la sociologie, des sciences politique et de l’histoire des religions, dans une dynamique pluridisciplinaire pour l’appréhension du religieux. Nous partirons de l’importance du rôle joué par les Etats dans la définition et l’établissement de ce qui est religion et ce qui ne l’est pas, par leur pouvoir d’autorisation, d’officialisation, de légalisation, mais aussi de régularisation des rapports entre les différentes religions dans la société et dans la sphère publique. À ce titre, la ville et ses espaces publics constituent un théâtre majeur, une scène d’expression et de visibilité de ces processus politiques, mais aussi des conflits, concernant le religieux. Or dans le cadre de la mondialisation, différentes pratiques religieuses et religions ne cessent de se transformer et de se reconfigurer. Aux vues des nouveaux enjeux du pluralisme religieux, il s’agira d’appréhender ce que nous envisageons en tant que « gestion » politique et économique de la diversité religieuse dans la ville, et d’interroger les positionnements des Etats face à ces expressions contemporaines de religiosité, notamment en termes de rapports aux espaces urbains. On privilégiera également des travaux consacrés aux croyants, en tant qu’acteurs sociaux, et les modalités selon lesquelles ils expriment ou revendiquent leur droit à une égalité de traitement en tant que membre d’une communauté religieuse. C’est dans cette perspective qu’il conviendra de réinterroger la performativité de la laïcité, rapportée aux « nouvelles religions » et aux « communautés religieuses » qui se créent ou se renouvellent, et revendiquent la liberté religieuse.

Pour ce colloque international, nos réflexions sur les rapports entre religion et Etat se déploieront autour de trois axes privilégiés : les mots et les normes en jeu ; espaces, mobilités et territoires ; pluralisme religieux, relations interconfessionnelles.

 

LabEx COMOD

LabEx COMOD

ISERL

ISERL

Université Lyon 2

Université Lyon 2

UMR 5600 « Environnement Ville Société » (EVS)

UMR 5600 « Environnement Ville Société » (EVS)

HMC n° 41 : Laïcité, hôpitaux, soignants

Volume sorti en septembre 2017.

Beaucoup aimeraient assigner à la religion un espace soigneusement délimité, de préférence celui du privé, voire de la vie domestique. Mais l’homme est un être social et le fait de croire ou de ne pas croire ne peut être isolé de la vie sociale. De cette vérité première, l’hôpital dont il est question dans le dossier est une remarquable illustration. Lieu de soins, il est aussi lieu de vie sociale. La neutralité commandée par la laïcité s’impose dans l’hôpital à ceux qui soignent dès lors qu’il s’agit d’un établissement public. Les personnels sont alors tenus de respecter l’obligation de neutralité liée à leur statut et rappelée à plusieurs reprises ces dernières années. Mais les patients qui viennent se faire soigner arrivent avec leurs croyances et ne peuvent être restreints dans leur liberté en matière religieuse dès lors qu’elle n’entrave pas la bonne marche des services et la qualité des soins.

Le dossier propose d’appréhender à travers la pratique des professionnels de la santé et l’observation des patients les situations qui naissent de ce vivre ensemble imposé et consenti, en matière de laïcité et de croyances religieuses. Il montre comment, en France comme au Québec, l’attention aux réalités, sans préjugés, permet de prendre en compte les aspirations des soignés et les exigences du soignant, à décrypter les demandes religieuses et à proposer des réponses ouvertes.

Voir le site des Éditions KARTHALA

HMC n° 40 : Acteurs religieux et changements climatiques

Volume sorti en mai 2017.

La question climatique dans un monde globalisé est devenue une question centrale.  Le dossier est issu d’un colloque consacré aux acteurs religieux, en l’occurrence chrétiens, face aux changements climatiques. Pour le christianisme, la question du climat n’est pas une nouveauté mais la manière de l’aborder ne cesse pas de se transformer.

Comme dans toutes les religions abrahamiques, dès la Création, le climat est étroitement lié au plan divin.  Entre nostalgie du Paradis, moment d’équilibre et d’harmonie interrompu par la faute originelle, et crainte du Déluge, expression de la colère divine, le croyant a cherché à se tracer une voie qui le protège et à donner un sens aux dérèglements de la nature.

Mais au fil des mutations socio-culturelles, la référence au religieux évolue et le discours s’adapte comme en témoigne l’encyclique Laudato si’ du pape François (2015). L’explication par une sanction divine fait  place à la  volonté de cerner scientifiquement les causes et de contribuer à une éthique universelle dans une perspective écologique. Et la religion trouve dans cet engagement de nouvelles énergies.

Voir le site des Éditions KARTHALA

HMC Programmation 2017

HMC publie en 2017 :

n°41 - Laïcité, hôpitaux, soignants

Dans la continuité du dossier consacré aux relations entre laïcité et travail social (Hmc n° 39), ce second dossier est centré sur les questions rencontrées au sein des hôpitaux et plus largement par les personnels soignants. Introduit par une réflexion plus large sur la question du communautarisme, il examine le contexte et les modalités selon lesquelles se rencontrent et se confrontent attentes des patients et obligations des soignants, pour l’essentiel dans l’espace français, mais aussi au Québec.

n°42 - La politisation des clercs (XIXe-XXesiècles)

Réfléchir à l’entrée en politique des clercs, autrement dit sur leur politisation, c’est plus largement prêter attention aux relations entre religion et politique. Les clercs, parce qu’ils sont porteur d’une autorité́ religieuse, peuvent contribuer à̀ déplacer ces délimitations lorsqu’ils s’engagent. La politisation peut ainsi entre perçue comme une transgression du Role ou comme son aboutissement.

n°43 - De la tolérance à la laïcité (XVIIIe-XXe siècles).

Le XVIIIesiècle, en grande partie grâce à Voltaire, invente l’idée de tolérance et, plus encore, développe la volonté de la mettre en application. C’est dans ces décennies de lutte que sont posées les fondations de notre société actuelle. C’est aussi là que sont posées les germes de ce qui deviendra la « laïcité à la française » et qui sera formalisée deux siècles plus tard.

n°44 - Catholiques français et musulmans de la Première Guerre mondiale à aujourd’hui. Relations et regards mutuels.

Depuis un siècle les relations entre les deux confessions comme les regards portés sur l’autre croyant sont soumis à de vives controverses alimentées par la colonisation, la décolonisation, le contexte international. Il en résulte des incompréhensions persistantes, illustrées par les divergences en Algérie autour de la figure de Charles de Foucauld, mais aussi des essais de dialogue, hors de France comme en France.

Sous-catégories

L’ISERL, grâce à sa structure qui fédère des équipes de disciplines variées, propose des cours, des travaux de recherche, des publications, toutes choses que l’on retrouve sur ce site. Ses interventions sont elles-mêmes variées, comme on le verra ci-dessous, entre organisation de journées d’étude autour d’un thème et soirée-débat ou colloque.

Mais au-delà, l’Institut propose aussi l’appui d’un ou plusieurs intervenants pour toute structure qui ressentirait le besoin d’avoir une approche éclairée sur le fait religieux dans ses dimensions les plus variées. C’est ce qui a été déjà fait auprès de MJC, d’aumôniers d’hôpital en formation, de collectivités locales, ou aux côtés de l’Université Tous Âges, entre autres.

ISERL DOSSIERS ILL bobines2020

L'idée des Bobines du sacré est née du constat qu'en France, il n'existait pas de festival traitant des religions au cinéma.

Organisé par l'Institut Supérieur des Etudes Religieuses et de la Laïcité (ISERL), ce festival se penche sur le rapport entretenu par le septième art et les religions.

Ouvertes au public et aux scolaires, les projections et les conférences sont suivies de débats, dans une volonté de nourrir les réflexions autour des thèmes évoqués.

 

Voir la programmation de l'édition 2020